Deux icônes pour l’église de Bantouzelle

Ce samedi 20 juin, en l’église de Bantouzelle, Madame Madeleine Sokolovski a offert deux icônes, oeuvre de son mari Jacques Sokolovski

en l'église de Bantouzelle

Ce Samedi 20 juin 2020 la paroisse de l'Assomption de Bantouzelle a reçu 2 icones écrites et interprétées par Jacques Sokolovski , un artiste quia habité la commune et choisies par madame le maire.

L'icone rend présent le monde de Dieu . C'est lié à l'évangile , à la Bible et à la liturgie. "Elle est l'image du Dieu invisible" (col.1.15)

C'est un reflet de Dieu . C'est pourquoi elle préside à la prière Chrétienne dans nos églises et nos maisons.

 

Icone du Christ en gloire

C'est avec un corps glorieux que le christ bénit et présente le livre de la parole. Cette image est une protection , une victoire sur le mal. Jésus est majesté , glorieux. C'est le mystère de la présence du Christ parmi nous ; c'est le SAUVEUR.

L'icone est objet d'une vénération de la présence du Christ parmi nous , car elle nous parle de la sainteté du Christ et d'une vérité de foi .

La main bénit et le regard du Christ rayonne vers le spectateur. L'auréole nous parle de la gloire de Dieu , de la lumière divine. C'est une image qui représente une vérité.

 

Icone de la mère de Dieu

"Celle qui montre le chemin "

La vierge présente son fils. C'est le SAUVEUR , le CHRIST . Il trône , bénit.

Elle est vraiment la mère de Dieu , nous la magnifions. De sa main , elle nous invite à contempler , à écouter , car il porte dans sa main gauche le rouleau des écritures , et de sa main droite , il bénit.

Leurs regards sont tournés vers nous et la vierge , nous invite à nous tourner vers le sauveur.

Jésus nous appelle à les suivre.

Les anges qui entourent la mère de Dieu : c'est le ciel où ils chantent la gloire de Dieu .

L'icone est réalisée dans une technique de peinture très ancienne , dite à la tempera : jaune d'oeufs et pigments naturels. Les nimbes et les fonds sont réalisés à la feuille d'or ou d'argent - symbole d'éternité . Elle est écrite sur bois.

Aujourd'hui on apprend cette technique dans les monastères principalement.

Jacques s'est initié à cet art au prieuré de la croix sur Ourcq où tous les ans il allait passer une semaine en prière , car l'icône est une prière.

C'est deux icones ont été bénies à la Croix sur Ourcq.

Article publié par nicolas marcheux • Publié le Lundi 22 juin 2020 • 267 visites

keyboard_arrow_up